Sorcier et Dieu

Par défaut

Anglais, Serbe

Il y a longtemps, nos ancêtres pratiquaient ce que nous appellerions sorcellerie : ils jetaient des sorts pour influencer les esprits de la nature. Certains étaient meilleurs que d’autres et des concours annuels étaient organisés pour s’assurer que la tribu ait en tout temps le meilleur roi-sorcier ou la meilleure reine-sorcière.

Le roi était choisi en fonction de ses compétences, sa force, son intelligence et sa bonne santé. La reine était choisie en fonction de son innocence, sa patience et sa beauté.

 

Nous connaissons ce couple de Mai et les jeux de Mai grâce à nos contes de fées, notre mythologie et aux chants traditionnels.

crowning-the-winner-with-laurel-in-ancient-greek-olympic-games

Avec le temps, il est devenu clair que les sorts des sorciers ne fonctionnaient pas toujours et certaines sociétés ont changé: au lieu de compter sur les compétences de jeteur de sorts des sorciers, ils ont commencé à s’adresser aux esprits plus directement et leur ont simplement demandé de s’exécuter. Ce faisant, les esprits hermaphrodites ont été anthropomorphisé et on leur a donné un nom et un genre : l’esprit de la foudre a été appelé « la foudre », en Scandinave Loki (« la foudre », de la racine PIE *Luk- ), l’esprit du tonnerre a été appelé « Tonnant », en Scandinave Þórr (« Tonnant »), etc. Les arbres et les animaux associés à ces esprits sont devenus leurs attributs. Donc, le temple de Þórr a été fondé à côté d’un chêne et on dit que son char est tiré par des boucs. Le temple de Freyja a été fondé à côté d’un cerisier et on dit son char est tiré par des chats. Etc.

 

La société était cependant toujours pénétrée par l’idée de sorcellerie à tout niveau ( « la magie bienveillante »), donc, pour gagner les pouvoirs des divinités humaines, les prêtres et prêtresses- pouvaient se faire passer tout simplement pour des divinités. Par ex en se déguisant en déesse, en se faisant passer pour elle, en prenant son nom une fille devient comme elle et ainsi gagne ses pouvoirs.

Les dieux et déesses des temples étaient donc bien réels : ils étaient là en personne! Écoutant les prières des hommes, mangeant les animaux sacrifiés, soignant les hommes blessés et étant emmené sur le champ de bataille pour les bénir, etc. Les divinités étaient réelles! Le roi-sorcier et la reine-sorcière ont été remplacés ainsi par les roi-dieu et reine-déesse mais sans grand changement en réalité.

William-Adolphe_Bouguereau_(1825-1905)_-_The_Birth_of_Venus_(1879)

Des concours annuels étaient toujours organisés pour s’assurer que la tribu ait toujours les meilleurs roi-dieu et reine-déesse. Le roi était toujours choisi pour ses compétences, sa force, son intelligence et sa bonne santé. La reine était toujours choisie pour son innocence, sa patience et sa beauté.

 

Les gagnants des ces concours annuels recevaient une pomme. L’homme vieillissant n’avait aucune chance de gagner contre des plus jeunes et plus forts hommes dans le concours dans le style des Jeux Olympiques et la femme vieillissante n’avait aucune chance de gagner un concours de beauté contre de plus jeunes et plus belles filles. C’est pourquoi les divinités étaient maintenues jeune pour toujours, grâce aux pommes d’ Íðunn.

 

Articles liés ici et ici.

 

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s