Le Seigneur des Elfes

Par défaut

Anglais, Italien, Roumain, Russe

Le moment où j’ai pour la première compris ce que les elfes représentaient m’est arrivé lorsque je lisais un livre, Fedrekult (« Ancestral Cult »), publié en 1943 en Norvège, par Otto Emil Birkeli. Dans son livre, autrement plutôt fade, il dit que les elfes sont à l’origine les esprits des morts.

D’après son étymologie le terme elfe en lui-même veut simplement dire « blanc » (ndt :à propos du mot anglais « elf ») ; le Norvégien alv (« elf ») dérive du norois alfr, provenant du proto-Nordique récent *albaR, lui même venant du vieux proto-Nordique *albaz, provenant de la racine Indo-européenne *alba-. (Comme les villes Alba en Italie et en Albanie).

Il est possible que les esprits des morts étaient appelés blancs car ils étaient enterrés dans des vêtements blancs, ou plus probablement car ils étaient (par la mort) purifiés et donc innocent (à nouveau), patientant près du tertre, derrière la barrière séparant le monde des vivants (en dehors du cimetière) de celui des morts (le cimetière) – le domaine des elfes, là où aucun arbre n’est coupé, et où aucun animal paît. Là, ils attendent l’opportunité de revivre parmi les leurs.

Ceci étant, en Scandinavie, il y a deux types d’elfes ; les elfes de lumière, et les elfes sombres. Ces derniers sont aussi connus en tant que nains. Les elfes de lumière résidaient dans la lumière, dans les prairies et les arbres en plein Soleil, d’où leur appellation d’elfes de lumière, mais qu’en est il à propos des elfes sombres ? Qui et que sont-ils ?

Le nom est lui même est un peu déroutant : « blanc » + « sombre ». Cependant, comme nous le savons, les corps des morts sont, eh bien ; pâles. Et ces corps pâles habitent les ténèbres du tertre. Donc ce sont les elfes sombres.

Les elfes sombres sont aussi, comme je le disais, connus comme étant les nains (No. Dvergr). Ce mot est compliqué à traduire, mais si vous en regardez le féminin, dyrgjâ, cela devient plus clair : dyrr (« porte ») (ndt : porte en anglais : door) et gjâ (« ouverture dans le sol »). Comme nous le savons les corps pâles des morts se trouvent derrière cette porte donnant sur le tertre, dans le sol. Donc cela fait sens, finalement. Eux aussi sont blancs (pâles), et résident dans le tertre.

Il est dit des nains qu’ils produisent et possèdent de grandes richesses. Cela aussi fait sens, car les morts étaient enterrés avec toutes leurs richesses, et lorsque les mythes nous racontent que tel ou tel objet était fabriqué par les nains, ce qu’ils voulaient dire en réalité, c’est que cet objet a été fabriqué par un ancêtre, et a donc – lorsque la même personne était à nouveau en vie parmi les siens – été récupéré dans le tertre pour être utilisé dans ce qui serait « l’après-vie » de cet ancêtre. Il est né une nouvelle fois, et naturellement est venu récupéré ce qui lui appartenait en premier lieu – dans le tertre logeant son ancien corps. Donc ils (ndt : les objets) étaient fabriqués par les nains ; les ancêtres morts. Cela explique aussi pourquoi autant de tertres ont été « pillés » de leurs objets de valeurs. Bien sûr qu’ils l’ont été ; lorsqu’une personne se réincarne – ou bien a été pensée comme réincarnée d’une façon ou d’une autre – elle vient récupérer ce qui lui appartenait dans son ancienne vie.

Donc un elfe est soit l’esprit immortel d’un homme noble, ou le cadavre se décomposant d’un homme noble mort.

Älvalek, « Elfes dansant » par August Malmström (1866).

 

Cependant, les elfes sont aussi connus pour être d’excellents archers et très bons pour se cacher dans la forêt, et certains les pensent munis d’ailes aussi – bien qu’ils soient dans ce cas souvent appelés fée ou créature féerique. Cela expliquerait pourquoi en Scandinavie l’Aurore Boréale est autant appelée « la route des abeilles » que « la rivières des elfes ». Il est dit que les elfes prenait la forme physique des abeilles – assez logique, dans la mesure où l’on considère la quantité importante d’abeilles dans les prairies – et cela expliquerait leur habileté au « tir à l’arc » (=dard d’abeille) et leur excellente capacité à se cacher (=la taille des abeilles les rendent difficile à remarquer parfois).

(NB ! Ma femme va, dans quelques temps, développer cet aspect dans un de ses articles, où elle explique l’importance du miel et des abeilles dans le culte ancestral, et comment cela est logiquement lié au culte de l’ours.)

Le Domaine des Elfes ;

 

Même mort, les membres de la famille disparus étaient vus comme faisant partie à part entière de la famille. Ils plaçaient des images d’eux dans la maison durant les grandes fêtes, pour leur permettre d’y participer, et parfois allaient faire des sacrifices sur les tertres pour les contenter. Avec le temps – ou plutôt, à l’arrivée du Christianisme – cela devait être fait en cachette, et finalement dans le secret le plus absolu, ou alors les Juifs dans leur tenu de moines et de prêtres les auraient désignés du doigt et brûlés pour sorcellerie. Évidemment, l’Église voulait en finir avec ces coutumes Païennes, qui en réalité ont été prédominantes en Scandinavie jusqu’au 19ème siècle, et a donc largement fait de la propagande contre celles-ci; les elfes ne sont pas les esprits de vos ancêtres, disaient-ils, mais démons et diables ! Ils peignaient des tableaux des magnifiques elfes en tant que… oui ; un kobold, un gobelin, un hobgobelin, un démon ! Ce n’était plus un adorable, immortel, magnifique, sage et noble esprit, un ancêtre attendant sa réincarnation parmi les siens, mais un démon, hideux et cruel, vile et fou, tordu et torturé, lâche et assoiffé de sang, indigne de confiance et rempli de mal ! Une créature Satanique !

Image Judéo-Chrétienne des elfes :

 

Pour moi, seule reste la beauté du Paganisme ; les kobolds et autres perversions Judéo-Chrétiennes de nos elfes ont disparu. Elles ont été exposées à la lumière du Soleil, nous pouvons tous voir ce qu’elles sont vraiment, maintenant qu’elles ne sont plus là ; disparues dans l’air. Seuls reste nos magnifiques elfes – et les nains. HailaR FraujaR; Le Seigneur des Elfes! 

 

Traduit en Français par Sony

Advertisements

4 réflexions sur “Le Seigneur des Elfes

  1. Pingback: Le chemin des abeilles | Thulean Perspective Français

  2. Pingback: La Déesse vierge | Thulean Perspective Français

  3. Pingback: Per aspera ad astra | Thulean Perspective Français

  4. Pingback: Libération | Thulean Perspective Français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s